Yaourts Maison

Un vrai yaourt est fait à partir de lait qui a subi une fermentation de plusieurs heures grâce à un ajout de certaines souches de  bactéries. Et un yaourt doit contenir des bactéries vivantes quand on le consomme.

Hors bon nombre de yaourts du commerce ne contienne aucune de ces bactéries et n’ont jamais connu de fermentation, il s’agit de lait gélifié et aromatisé.

Nous passons donc à côté des bienfaits des vrais yaourts qui doivent nous permettre :

– de manger des laitages sans lactose (ce dernier a été dévoré par les bactéries),

– de digérer facilement (car la fermentation pré-digère les protéines du lait)

– et d’enrichir notre flore intestinale.

 

Et pourtant il est tellement facile de faire de vrais yaourts maison, qu’il serait vraiment bête de s’en priver.

Voici la méthode :

La seule contrainte est de se procurer un thermomètre de cuisine. Et il va falloir être attentif et présent dans la cuisine pendant une petite heure.

 

Ingrédients

1 litre de lait frais cru (surtout pas lait pasteurisé et encore moins UHT)

Un yaourt du commerce (mais un vrai yaourt fermenté) ou des ferments lactiques achetés en pharmacie ou en magasin bio.

Et les arômes de votre choix : vanille, café, caramel, amandes…

Pour ma part je préfère des yaourts natures auxquels on peut ensuite ajouter des fruits frais, du miel, du amlou ou de la poudre d’amandes ou de noisettes.

Première étape : porter le lait à ébullition. A ce stade on peut retirer la crème qui va former une peau.

Il faut bien sûr immédiatement le retirer du feu pour ne pas qu’il verse.

Ensuite on le replace sur feu plus doux et on va le laisser bouillir pendant 15 minutes à 80°. C’est là que le thermomètre entre en jeu.

Ensuite on le retire de la casserole et on le laisse descendre entre 55 et 60°.

Quand il est à la bonne température, on peut diluer la moitié de pot de yaourt dans un peu de lait, ou le ferment. Puis on ajouter la totalité du lait.

On le verse dans des petits pots en verre que l’on ferme.

Ensuite il faut soit une yaourtière électrique, ce qui est le plus pratique, sinon on place les petits pots dans un plat ou un grand saladier que l’on emmaillote dans une petite couverture ou un lainage, une écharpe, ou encore une serviette éponge.

Et on le dépose près d’une source de chaleur, ou au soleil, ou encore dans le four allumé à 50° ou juste sur la veilleuse si c’est un four à gaz.

La fermentation va demander entre 3 et 5 heures.

Ensuite vous les laissez refroidir à température ambiante et vous les rangez au réfrigérateur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :